fbpx

CES 2018 : L’invasion des robots

Si nous avons déjà évoqué les produits qui nous ont le plus marqué lors du CES 2018, le grand salon High-Tech de Las Vegas, nous avons gardé une place à part pour nos futurs amis (?) les robots. Avec les voitures autonomes, ils ont écrasé le salon de leur présence. Derrière le mot, se cache toutefois différentes réalités, des promesses et quelques fous rires !

Il n’y avait pas que des Humains au Consumer Electronic Show de Las Vegas. Outre des voitures, les visiteurs ont en effet croisé moult robots animés par des IA de plus en plus perfectionnées. Entendons-nous bien : il s’agit bien ici de robots au sens littéral – et donc large – du terme, c’est-à-dire des « machine[s] à l’aspect humain, capable de se mouvoir, d’exécuter des opérations, de parler » et des « appareil[s] automatique capable de manipuler des objets ou d’exécuter des opérations selon un programme fixe, modifiable ou adaptable » (définition du Larousse).

Fails et promesses

Ceux qui, comme nous, ont été bercés par les Blade Runner et autres œuvres de SF mettant en scène des robots humanoïdes en ont été pour leurs frais. Ou presque.
Car Sophia, le robot humanoïde d’Hanson Robotics, a donné corps (mécanique) à cette vieille chimère du robot qui nous ressemble en tout point. Sophia, qui avaient déjà faits quelques sorties par le passé, est en effet un robot particulièrement troublant. Sa peau souple, ses mouvements du visage et sa capacité à interagir avec ses interlocuteurs peuvent être bluffants… lorsque présentés sous leur meilleur jour. Et de là est d’ailleurs née la polémique : plusieurs chercheurs œuvrant autour de l’IA ont dénoncé une couverture médiatique partiale avec des images montées pour donner une image positive. Un écueil évité par Gizmodo et qui aboutit à cette vidéo assez drôle quant au relationnel de Sophia ^^

Malaise encore mais plutôt volontaire quand l’artiste Giles Walker crée des robots pole dancer – pour un club de strip tease tout de même -à partir de pièces de voiture et de mannequins. Avec leur tête caméra vouée à dénoncer la vidéosurveillance, ils ont surtout fait parler d’eux pour leur danse lascive.

Mais dans le genre Fail, la palme revient à LG et son CLOi. Robot multi-tâche (comprendre connecté à divers appareils de la maison pour les piloter, les programmer…), cet assistant domestique semble mécontent de sa condition : lors de sa présentation par la marque, il a tout simplement refusé de répondre !

Si ces deux robots devraient rapidement se remettre, tout le monde n’a pas raté sa sortie au CES. Et dans la thématique « robot assistant », Buddy et ElliQ ont eux séduits.
Cocorico, le premier est français. Développé par Blue Frog Robotics, il se couple aux nombreux appareils de la maison et fait donc office d’assistant personnel et même un peu plus. Et son design, bien que loin d’être humanoïde, se veut attachant avec ses grands yeux. Le prototype a ainsi remporté une récompense au CES pour son innovation (Best of Innovation award).

ElliQ, de son côté, est d’origine israélienne. Si sa « tête » est articulée, on parlera peut-être plus ici d’assistant personnel que de robot mais au vu de notre rappel de définition, chacun choisira ! Toujours est-il qu’ElliQ a été conçu pour les personnes âgées : dialogues, recommandations, activités numériques… l’IA mise à l’œuvre dans ElliQ a pour but de stimuler et d’aider les seniors. Des fonctions que l’on retrouve en partie chez le robot Jibo, destiné lui à toute la famille. Déjà commercialisé, il était à nouveau en démonstration au CES.

Et si on s’amusait ?

Tous les robots n’ont pas l’ambition d’être utile(s).
Certains sont uniquement pensés pour nous divertir. On pense notamment à Aibo qui a fait son grand retour. Mais oui, souvenez-vous, Aibo c’est ce robot chien conçu par Sony il y a près de 20 ans. Déplacements plus fluides, fonctions améliorées, ce toutou électronique devrait coûter pas moins de 1700€ mais n’oblige pas à ramasser ses crottes ou l’emmener chez le vétérinaire !
Avec Forpheus d’Omron, en amélioration constante depuis plusieurs années (ses premiers pas ont plus de 3 ans), il faudra ramasser les balles en revanche. Sa mission : vous entrainer au ping-pong en s’adaptant à votre niveau !

Dans le genre ludique, les combats de Mekamon, robots-araignées pilotables par smartphones, séduiront-ils petits et grands ? Grâce à la réalité augmentés, ils permettent en effet à plusieurs joueurs de s’affronter.

Bouclons la boucle en réunissant chiens et robots avec Laïka qui comme son nom ne l’indique pas est français. Laïka est lui aussi un « robot compagnon » mais pour… les chiens ! Ce petit robot à l’allure de tonneau veut lutter contre l’ennui des canidés en les stimulant, en leur parlant et même en leur délivrant quelques croquettes ! On se demande ce qui se passe si on le met avec Aibo…

Après ce CES, nous voilà rassurés : le soulèvement des machines n’est pas pour tout de suite ! Les progrès en matière de robots grand public restent néanmoins saisissants. Et si les produits restent onéreux ou à l’état de prototype, ils continuent de nous passionner.