Le GPU veut sortir de la mine

Que l’on soit passionné ou non de hardware, difficile d’être passé à côté des dossiers et actus sur le mining et la large thématique des cryptomonnaies. Il faut dire que si l’usage a explosé, ce n’est pas le seul. Les tarifs des composants mis en œuvre pour miner ont fait de même, comme pour les alimentations (voir notre article). Et pour nous autres gamers, l’impact sur le prix des cartes graphiques s’est bien fait sentir. La situation va-t-elle perdurer ? Tentons quelques réponses.

Pour un gamer, familier ou non du bitcoin et de toutes les monnaies virtuelles apparentées, le minage a des conséquences négatives. La prolifération de « fermes » constituées de palettes entières de cartes graphiques (c’est une image bien sûr, quoique…) tout comme l’attrait pour certains quidams de tenter leur chance dans le Bitcoin ou l’Ethereum (voir nos articles sur le Bitcoin et les cryptomonnaies) a largement fait augmenter les tarifs. Au point que certaines références datant de 2017 s’affichent aujourd’hui à des tarifs supérieurs à ceux de leur sortie ! Merci les mineurs de fonds (elle était facile ^^).

Conséquence immédiate pour les fabricants de GPU, les marques et les revendeurs, leur chiffre d’affaires s’est envolé et bat des records. Indirectement, nous en avons donc aussi profité, les prix dans le commerce étant en partie régit par l’offre et la demande. Une aubaine ? Pas tant que cela.
Car cette hausse de la demande a provoqué des difficultés d’approvisionnement. Là aussi, vous avez pu le constater avec un certain mécontentement. Et si vous n’êtes pas satisfaits, nous ne pouvons l’être…

Mais nous ne sommes pas les seuls. Du côté d’un NVIDIA par exemple, la tension est aussi palpable. Le cœur de cible, les gamers, n’est pas content et ce n’est jamais bon signe. Et le lancement des GTX série 11 d’en pâtir.

À la recherche de solutions

À une certaine échelle, les fermes de mining sont impressionnantes !

Car selon certaines sources, les futures cartes graphiques NVIDIA auraient même déjà pu être lancées. Mais l’impact d’une pénurie au démarrage n’a semble-t-il pas réjoui la firme au caméléon.
L’une des solutions premières eut été d’augmenter la capacité de production en prenant en compte cette forte demande des mineurs. Mais quid des investissements, très lourds, et des conséquences si la bulle des cryptomonnaies explose comme beaucoup le prédisent ?

C’est au niveau d’une différenciation dans les gammes que les plus fortes rumeurs ont enflé ces derniers temps : l’une des façons de couper les pénuries tout en conservant l’attrait (financier) autour du minage serait de développer d’un côté des produits purement gaming, de l’autre des références pour les cryptomonnaies. Il y aurait ainsi deux architectures différentes.
Si de nombreuses technologies ont été citées, notamment chez NVIDIA avec Ampère, Turing ou encore Volta, aucune source ne peut se targuer d’avoir les preuves d’un tel choix ni même de dire à quel marché correspond ces noms de code. On attendait plus d’informations de la part de NVIDIA lors de la Graphics Technology Conference du mois de mars. Il n’en a rien été. Peut-être en saura-t-on plus lors du GTC de mai à Taïwan. Une chose est certaine, après de très bonnes séries 10, les futures GTX de NVIDIA se font clairement attendre !

Les ASICS à la rescousse

Voici à quoi ressemble un équipement ASIC : ici, le T9+ de Bitmain.

Le salut pour les GPU gamers pourrait venir des ASICS. Non, pas des chaussures -_- Nous parlons ici de l’acronyme pour Application Specific Integrated Circuit, qui désigne des machines spécifiquement développées pour le minage ou tout autre calcul cryptographique. Il s’agit aujourd’hui de la solution la plus performante pour miner mais son accessibilité – et les tarifs – n’est pas la même que pour les GPU, plus grand public. Mais cela change. Lorsqu’un ASIC à 800$ USD propose des performances équivalentes à 5 RX 580 dont le prix moyen actuel se situe aux alentours de 349€, le calcul est vite fait.

En effet, la performance des ASICS, et donc la demande qui en résulte par les mineurs, pousse diverses sociétés à se lancer dans la production de ce type de matériel. Bitmain, qui développe ce type de produit depuis 2013 veut faciliter la distribution de ses références et les premiers Antminers de la marque pourrait être commercialisés en Europe cet été. Et le poisson attire de plus gros pêcheurs : Samsung a ainsi noué un partenariat pour développer sa propre solution ASIC.

On ne peut que les encourager ! Non parce que les bitcoins c’est bien, mais nous gamers on ne va à la mine que pour crafter et on aimerait bien pouvoir lorgner vers de nouveaux GPU…

Et il semblerait que la situation s’améliore. Les fluctuations des cours des cryptomonnaies et les solutions alternatives sont telles que la demande en GPU « classique » commence enfin à revenir à des niveaux plus normaux. Certains revoient ainsi leurs prix à la baisse. Pas assez certainement ou en tous cas pas autant qu’ils n’avaient augmenté. Seul le temps pourra nous dire si la situation se rétablit complètement.

  • Sajuuk

    Les ASICS à la rescousse ? Mouais
    En attendant que les développeurs des cryptomonnaies retournent leur veste : https://www.cryptoglobe.com/latest/2018/03/monero-goes-to-war-against-asics-through-emergency-software-update/

  • Christophedlr

    Je ne suis pas d’accord, les ASIC vous semblaient ne pas connaître ce que c’est vraiment. En tan que miner de crypto-monnaie, je vais vous expliquer un peu.

    Les ASIC sont majoritairement de la société Bitmain, hors cette dernière garde à distance le contrôle des ASIC et peuvent donc à loisir s’ils le désires, empêcher votre ASIC de miner. Ensuite, régulièrement, l’ASIC va cesser de miner sur la pool que vous avez indiquer, pour aller miner pour le compte de Bitmain qui se fait donc de l’or en barre même après avoir vendu les ASIC puisqu’on mine pour eux sans le savoir.

    Ensuite, les ASIC de part leur puissance, provoque une augmentation massive de la difficulté de minage des cryptos concernées, ainsi on se retrouve avec l’obligation d’avoir des ASIC (cas de Bitcoin), hors ces produits sont à des prix totalement abusifs et participe à la centralisation de la dite crypto, hors le but à la base c’est la décentralisation.

    Enfin pour terminer concernant les ASIC, dès qu’on veut passer sur une autre crypto, l’ASIC part aux ordures, alors que les GPU eux sont réutilisable sur n’importe quelle crypto.

    Les ASIC sont donc la pire chose dans ce monde qu’est le crypto-mining. Le problème des ruptures de stocks et de l’envolée des prix n’est pas du au crypto-mining, mais au fait que des personnes qui auparavant ne connaissaient rien, y ont vu une manne financière et se sont mis à investir des dizaines voir centaines de milliers d’euros d’un coup pour monter des fermes de minage entières.

    Du coup, les commandes ont été très nombreuses, et comme AMD comme NVIDIA (en particulier AMD car 90% utilisent AMD) n’ont pu tenir la cadence forcément les prix ont grimpés.

    Moi je dis juste à ceux qui veulent rejoindre la communauté du crypto-mining, de faire progressivement : 1 rig (6/8 cartes, au delà c’est con de tout perdre en cas de panne), puis quelques mois après pourquoi pas le second rig et ainsi de suite.

    Ces nouveaux dans ce « marché » doivent aussi savoir quelle crypto ils veulent miner et prendre le matos en conséquence ; ce n’est pas parce que Ethereum par exemple rapporte le plus qu’il faut obligatoirement miner cette crypto. Le ZCash par exemple est bien plus facile à miner, son obtention peut être supérieure à l’Ethereum et donc des gains potentiels plus important ; le tout sans devoir avoir des exigeances sur la capacité de VRAM de la CG.

    Beaucoup aussi qui ont montés de grosses fermes de minage, se mettent justement à vendre les CG aux gamer ou les rigs à d’autres de la commaunté crypto-mining, parce que l’Ethereum ou le Monero n’est plus rentable ou que leurs CG ne peuvent plus miner l’Ethereum à cause du DAG trop gros (dans peut de temps, les 3GB pourront plus sous Linux miner cette crypto, sous Windows on peut déjà plus le faire).

    Donc il faut étudier et pas aller directement vers ETH car sa valeur boursière est la plus haute ; on évite aussi de passer d’énormes commandes de matériel et provoquer cette envolée de prix, juste parce qu’on y voit une fortune à se faire.

    Le problème n’est donc pas les fermes de minage, mais le fait que certains vont jusqu’à faire un prêt pour monter des dizaines de rigs en une fois au lieu de faire progressivement.