fbpx

Les nouveautés : PC gamer Warlock, écran Strix 35 pouces, Xiaomi et Bose SoundWear Companion

À la Une de nos nouveautés de la semaine, nous vous emmenons découvrir notre tout dernier PC gamer, le Warlock stylé, compact et puissant. Chez Asus ROG, la commercialisation du Strix XG35VQ ravira tous les gamers équipés en AMD pour profiter du Freesync en 4K ! Suite au lancement de Xiaomi en France (voir notre article), retour sur les smartphones de la marque chinoise au rapport qualité/prix ébouriffant. Enfin, petit crochet dans le domaine de l’audio nomade avec l’enceinte…tour de cou Bose qui s’inscrit dans une tendance forte.

Puissance compacte

Pour notre tout dernier bébé à destination des joueurs, le PC gamer Warlock, nous avons voulu un concentré de puissance, une machine pas trop encombrante qui fait fi des menus de réglages de vos jeux. Sur ce dernier point, nous faisons confiance à l’excellente 1070 Ti, en l’occurrence l’Aorus 8 Go, associé au processeur Intel i5 8500 et à 16 Go de DDR4 en 2666 MHz. Puissance, check !

Et pour limiter son encombrement tout en flattant la rétine, le Warlock se pare du Cooler Master MasterBox Q300L : avec son format micro /mini-ATX, il sait se faire petit. Compacité check.
Avec son panneau latéral transparent, il laisse entrevoir l’intérieur du Warlock avec son beau ventirad RGB MasterAir MA410P. Comme vous pouvez le voir sur la vidéo 360 ci-dessous, les connectiques avant sont placées sur le côté de ce panneau pour laisser la face avant en Mesh totalement épurée.

Découvrez le PC gamer Warlock

Sans concession

De plus en plus prisés par les gamers, les écrans incurvés UWQHD (voire UHD) s’imposent. Asus ROG avait déjà marqué les esprits avec l’excellent PG348Q avec sa techno G-Sync, le voilà qui propose le pendant pour les possesseurs de cartes AMD (mais pas seulement) avec le XG35VQ doté du FreeSync.

Outre ce changement de technologie anti-tearing, la marque s’appuie ici sur une dalle mat VA (contre une IPS sur le PG248Q) 100 Hz en 3440×1440 px. Un gros bon point pour Asus qui propose ici un des meilleurs systèmes de réglages d’image (OSD) avec son petit joystick arrière. En 2018, on est toujours étonné de voir comment certains oublient l’ergonomie… merci Asus ROG sur ce coup ! D’ailleurs la marque cumule les bons points sur ce thème puisque le pied, outre l’intégration d’effets lumineux que l’on vous laisse juger, permet de passer proprement les câbles. Attention, le XG35VQ ne possède pas d’enceintes intégrées. Il fallait bien lui trouver un reproche :p

L’écran Asus ROG Strix XG35VQ

Ce n’est que le début…

Après Honor ou encore Huawei, Xiaomi… L’offensive des constructeurs chinois de smartphone se poursuit et, selon nous, elle devrait changer le paysage. Les sud-coréens et américains ont intérêt à ne pas se reposer sur leurs lauriers… L’arrivée en France de Xiaomi est une alerte de plus

Car comme en témoignent les Redmi Note 5 et Mi Mix 2S, le constructeur n’est pas là pour enfiler des perles. Le premier lorgne sur les phablettes (coucou Samsung) avec un CV technologique cossu pour un tarif qui ne l’es tpas. Comptez en effet 250€ pour un 5,99 pouces (classe le 0,01 manquant ^^) 2160 x 1080 px avec 4 Go de Ram et un Snapdragon 636. On le voit, rien de révolutionnaire mais rien de loupé non plus. Mieux son autonomie le place parmi les très très bons élèves sur ce point (voir le test des Numériques). L’un des tous meilleurs rapports qualité/tarif sur ce type de grand smartphone à petit prix.

Le Mi Mix 2s pousse encore plus loin le bouchon. À vrai dire, on ne voit pas ce qui pourrait l’empêcher de faire un vrai raz de marée. Doté du même écran que son collègue Redmi Note 5, il s’avère beaucoup plus design et costaud. On passe en effet ici sur un Snapdragon 845 et sur 6 Go de Ram, le tout dans une coque à bordures fines. Le double objectif photo très à son aise et l’autonomie elle aussi satisfaisante viennent compléter le tableau. De maître !

(Re)Découvrez les smartphones Xiaomi

Une nouvelle façon de voir l’audio nomade

Nous vous arrêtons tout de suite (comment ça vous n’avez rien fait ? tututut) : nous imaginons bien certaines réactions perplexes voire sceptiques à la découverte du SoundWear companion de Bose : à quoi cela sert ? Bose se met-il à faire des coussins de voyage ? Ou plus simplement « WTF » ?

Car sous sa forme de tour de cou, le SoundWear Companion met bien à profit l’expertise Bose en matière de restitution sonore puisqu’il s’agit d’une enceinte nomade que l’on pourrait qualifier de personnelle. Le constructeur suit là une tendance initiée par des JBL et autres Sony. Et celle-ci répond bien à un besoin : si vous voulez écouter de la musique tout en étant libre de vos mouvements, il n’y avait comme solution que le casque. Mais entre la fatigue que peut procurer son port et l’isolement marqué qu’il procure, la solution ne convient pas à tous.

De même, à la maison, une enceinte nomade doit être transportée par tout où vous allez si vous souhaitez profiter de votre musique sans interruption (sauf système multiroom). Avec le SoundWear Companion, plus aucun souci, vous profitez de votre musique sans interruption (12h d’autonomie quand même) et sans nécessité de manipulation. Usage extérieur oblige, on notera la certification IPX4 (étanchéité) et anti poussière.

L’enceinte Bluetooth Bose SoundWear Companion