fbpx

Mecha : des premiers pas de géant

Pour les geeks de tous bords, voir Method-1, robot géant dévoilé qui peut embarquer un humain, n’est presque pas une surprise. Transformers, Robocop, Metal Gear ou encore Titanfalls sont passés par là. Le lien de parenté avec le monde du jeu vidéo et du cinéma n’est d’ailleurs pas un hasard, son designer, Vitaly Bulgarov, y ayant évolué.

Robot Mecha Method-1

4 mètres de haut, 1,5 tonnes, deux bras articulés et un cockpit pour y accueillir un pilote. Method-1 a émergé sur la Toile lors des derniers jours de 2016 avec une dépêche et des extraits vidéo qui impressionnent. Ces derniers montrent que l’écart entre fiction et réalité s’est bien réduit !

Le prototype serait l’œuvre de la société sud-coréenne Korean Future Technology. Le conditionnel s’explique ici par quelques zones de flou puisque cette dernière ne semble pas avoir pignon sur Web ; est parfois baptisée Hankook Mirae Technology et le robot est tour à tour nommé Method-1 ou Method-2. Mais ce qui nous a marqué sur le MatBlog, c’est donc la forme de ce robot qui a fait écho à quelques souvenirs de gamers.

Logique, son apparence est l’œuvre de Vitaly Bulgarov, designer ayant déjà œuvré sur Robocop 2014, Transformers 4, Starcraft 2 ou encore World of Warcraft. C’est d’ailleurs lui qui communique le plus sur ce Mecha via son compte instagram ou son propre site (on vous conseille la rubrique Black Phoenix Project qui recèle de design plus futuristes les uns que les autres). Et c’est sans doute ce qui a favorisé la couverture – et le succès – médiatique, l’émergence de robots « à forme humaine » étant une sorte de fantasme pour beaucoup.

Pour revenir sur Method-1 (ou 2), qui serait le premier robot bipède embarquant un humain (qui peut piloter à distance néanmoins) il ne serait en fait que la genèse des futurs méchas. Le prototype nécessite en effet d’être alimenté en permanence pour le moment, réduisant de fait son champ d’action. Korean Future Technology le destinerait notamment à des interventions en milieu hostile (nécessitant une protection pour l’Homme) ou pour intervenir sur des lieux de catastrophes naturelles pour déblayer des zones. Ce n’est toutefois pas pour tout de suite, «Le robot n’a qu’un an, il fait donc des pas de bébé», aurait expliqué Yang Jin-Ho à l’AFP. Ce n’est donc pas demain que l’on croisera des Méchas dans nos rues…