Quoi ?? Un PC portable Gamer ??

par Denis P., chargé de contenus et passionné des contenants. Feu CM et héraut de la cuisine (ce qui n’a strictement rien à voir), il aime toucher à tout le High-Tech sans en être un technicien. A tout de même une forte propension à perdre son temps dans les photos et jeux vidéo.

clavier pc portable Spartan

« Hérésie » ! « Un vrai gamer a une tour » ! « On ne joue pas sur un portable, on fait de la bureautique ». Certains d’entre vous n’ont peut-être jamais entendu ce genre de phrases. Et pour cause, les progrès des PC portables gamer ont battu en brèche ces reproches que l’on entendait beaucoup plus fréquemment il y a quelques années. Mais ils persistent encore, comme nous le constatons parfois sur les réseaux sociaux. Bien souvent en méconnaissance de cause…

En tant que 1er fabricant de PC en France, nous connaissons parfaitement les points forts d’un PC gamer fixe et vous pourriez vous dire que nous n’allons pas plaider en faveur des PC portables pour s’adonner au jeu vidéo. Double erreur !

D’une part parce que ce serait oublier que nous concevons également des gammes de PC portable, les Spartan et Berserk (nous y reviendrons).
D’autre part parce que nous savons aussi que tout le monde n’a pas les mêmes besoins et que regarder du côté des PC portables est une solution qui peut clairement convenir quand on est un joueur qui bouge beaucoup. Alors oui, je sais, c’est un peu enfoncer une porte ouverte mais l’intitulé du produit est clair : (trans)portable ! Pour jouer sur PC en dehors de chez soi, mis à part l’embauche d’un « sherpa » permanent, c’est encore la solution la plus pratique. Il faut parfois un peu se muscler avec certaines grosses bêtes en 17 pouces mais les habitués des LAN ou encore ceux qui veulent pouvoir jouer en vacances s’en accommodent facilement. Surtout qu’avec les forfaits mobile, utiliser son smartphone en 4G pour jouer en réseau est très simple, notamment sur des jeux comme League of Legends. Testé et approuvé.

C’est d’ailleurs ce besoin tout bête de mobilité qui m’a fait acquérir il y a de nombreuses années mon 1er PC portable gamer. A l’époque, j’avais opté pour une marque décriée pour la soi-disant faible longévité de l’engin mais quelque 3 ans après, l’ensemble faisait encore honneur à mes jeux préférés (même si avec le temps, j’ai revu un peu les détails à la baisse) et comme la SNCF a eu la bonne idée de mettre des prises dans les trains, l’autonomie n’était plus un problème. Contrat rempli donc.

Pascal change la donne

Mais ce qui a longtemps fait hurler certains gamers était le rapport puissance/prix des PC portables. Soyons clair, à tarif égal, un PC fixe devrait toujours damer le pion à son cousin nomade.
Attention toutefois à bien considérer l’ensemble des éléments pour bien comparer : là encore, j’enfonce des portes ouvertes (ça fait moins mal) mais un PC portable dispose d’un écran (si, si, je vous jure) et d’un clavier. Et, en bon connaisseur que vous êtes, vous avez certainement noté que des modèles, comme le G752 d’Asus , intègrent un 17 pouces IPS Full HD 120 Hz G-Sync. Ce qui n’est pas le 1er écran venu, vous en conviendrez.

De même, avec des claviers rétroéclairés chez à peu près toutes les marques de PC portables gamer (sans parler des modèles mécaniques comme sur les GT83 de MSI), le PC portable n’est pas qu’un PC.

Intérieur du pc portable Spartan

Intérieur du pc portable Spartan

Mais je vous vois venir, pensant que je noie le poisson avant d’aborder ce qu’il y a « à l’intérieur ». Que nenni.
Longtemps cantonnés à des versions dites mobiles, les PC portables gamer bénéficient aujourd’hui de la puissance de composants desktop. Et sur ce coup, merci NVIDIA et sa génération Pascal qui permet d’intégrer des GPU 1060, 1070 et 1080 et pas des versions M. C’est également le cas côté processeur comme nous le prouvons sur nos Spartan et Berserk. Et si AMD avait en plus la bonne idée de faire son grand retour en 2017 (tant sur les CPU que sur les GPU) en intégrant cette nouvelle donne, tout le monde y serait gagnant.
De fait, les PC portables peuvent aujourd’hui renfermer une puissance de calcul plus que confortable surtout lorsque l’on lorgne vers les modèles très haut de gamme.

« Oui mais… »

Bien évidemment, il y aura toujours des réticents pour déconsidérer l’intérêt d’un PC portable gamer. En fait, c’est plus en fonction de leur intérêt personnel. Néanmoins, point de mauvaise foi, les PC portables gamer ont eux aussi des limites mais qui tendent à s’amenuiser.

« Dans X années, ton PC portable sera complètement dépassé ». Si vous êtes face à ce genre d’arguments, demandez à son auteur de préciser le X… Au vu de certaines configurations gamer haut de gamme, vous aurez de quoi voir venir. Soulignons de plus que chez MSI et (surtout) chez Materiel.net, ajouter ou remplacer SSD et RAM ne pose pas de souci de garantie. Et puis une fois celle-ci terminée, si vous avez l’âme d’un bricolo (bon ok, plutôt high level), il est tout à fait possible de changer d’autres composants. Alors, certes, rien à voir avec la latitude qu’offre un PC fixe mais un PC portable ne vous enferme pas forcément. Et puis notre expérience nous prouve que nombre d’utilisateurs de PC fixes renouvelle très très régulièrement tout ou partie de leur configuration à un rythme plus élevé que la longévité d’un PC portable…

On leur reproche une trop faible taille d’écran ? Un peu logique quand on est en déplacement mais une fois revenu à la maison, le multiscreen est loin d’être compliqué à mettre en œuvre avec les connectiques complètes des modèles actuels.

Pc portable MSI GE72

Côté chauffe et bruit, c’est un peu l’usine ? A voir les récents châssis très bien pensés et la multiplication des caloducs, le reproche est de moins en moins vrai. Surtout si des initiatives comme celle d’Acer avec ses GX se multiplient : le constructeur a intégré un ventilateur sous le touchpad qui aspire l’air extérieur pour l’expulser derrière, créant un autre flux d’air pour limiter la chauffe et le bruit. Et n’oublions pas que pour les plus sensibles à ces nuisances, les supports ventilés pour PC portables sont légion et accessibles.

Puisque vous êtes restés avec moi, revenons à notre point de départ : un PC portable gamer est-il une hérésie ? Au vu de tous ces éléments, clairement, non ! La plupart des modèles orientés jeux offre aujourd’hui une belle longévité et suffisamment de puissance pour vous permettre d’essorer les titres AAA les uns après les autres. De plus, c’est une famille où les prix baissent assez vite, les rapides renouvellements technologiques permettant aux générations précédentes, toujours viables, d’être encore plus accessibles.
Les progrès ont été énormes sur ce segment et si on les décrira plus volontiers comme transportables, vu leur poids, ils n’en gardent pas moins leur atout principal, la mobilité. Et ça, qu’on le veuille ou non, correspond aux besoins de certains gamers.

Voir tous nos PC portables gamer

  • Arthur

    Excellent article ! Je suis bien d’accord avec l’auteur. Je pense que les portables gamer ont également leur rôle à jouer, et ils peuvent (et sont) utile à beaucoup de personne. De plus, les gamer ne cherchent pas forcément à jouer en Ultra 60FPS sur tous les jeux. Surtout si c’est pour une petite LAN chez des amis ou autres.

  • Bon attention, c’est un vieux qui parle, là. A l’époque, j’avais un PC gamer. Je n’avais pas de portable gamer, ça n’existait pas. Et donc, pour nos soirées LAN, on déplacait la tour, clavier, souris, et le moniteur 17″ CRT (le truc qui pèse une tonne). Et tous les câbles, sans oublier un seul, si non on était bon pour un aller-retour. Aujourd’hui, je suis vieux (lire: sage). Mes années Quake/Quake2, Unreal Tournament et autres sont loin derrières moi (enfin, « loin », WoW quand-même, mais j’ai arrêté au 1.10), et aujourd’hui je cherche la performance du travail, pas de jeux, mais je n’ai rien contre un petit jeu de temps en temps. Par contre, j’ai mon i7 portable avec 32 gigas de RAM, un téra de SSD, etc. Et pourquoi? Car de temps en temps je me vadrouille. Comme les gamers. Et parfois je le range pour faire de la place. Un PC portable gamer? Pourquoi pas, après tout, on a de plus en plus besoin de mobilité, même quand on est chez soi.

  • stephen marchal

    Pour ma pars j’hésitais à refaire une configuration de la tour ou je devais changer 80% des éléments si je voulais vraiment toucher à toute les dernière technologie, et je suis tomber sur une bonne affaire avec un MSI gt73vr et il m’a coûter environ le même prix que si j’avais du refaire la config de ma tour et en gagnant en mobilité puis maintenant je peux proposer à mes potes de faire des lan direct à la maison ou venir avec car eux n’en ont pas, bientôt je pars en voyage pour 1 mois à l’étranger et je vais vraiment pouvoir rentabilisé cette fonction, je trouve qu’il est largement aussi performant qu’une bonne tour, avec un support ventilé il ne fait pas plus de bruit que la tour quand on lui réclame beaucoup, c’est un portable qui reste à être utilisé pas loin d’une prise c’est sur mais maintenant c’est rare de passer de très nombreuses heures sans à pars en avion souvent mais tant pis ça reste du nomade. Enfin voilà super article c’est sympa à lire 😉

  • Shomara Sha

    Merci merci !! C’est ce que je me tue à expliquer aux gens quand j’ai le malheur de dire que mon chéri et mois avons choisis deux ordinateurs portables de gamer. Déjà pas beaucoup plus cher que les fixe (car nous ne sommes pas monteurs, et nous sommes aussi de bons bras cassés, capables de flinguer une carte mère en essayant de la clipser). Donc déjà monté, peu de différence de prix. Et surout : la mobilité !! Nous aimons pouvoir nous trimballer avec nos ordinateurs, passer du bureau au canapé, le brancher à la télé, aller chez les copains avec. Et quand il s’agit de bosser : On branche le deuxième écran, la souris qui va bien, le cable éthernet, et on est sur l’équivalent d’un PC fixe. Et effectivement pour la mise à jour des composants, à noter que mon homme et moi possédons les G750 et G751 de chez Asus, un rack spécialement accessible, laisse disponible un slot pour HDD ou SSD, et l’accès à la RAM pour l’améliorer, la changer, l’upgrader sans avoir des compétences de fifou en matos informatique. Alors oui aux ordinateurs portables de gaming, comme dirait l’autre, « ils ont tout d’un grand ! » 😀

  • Nicolas Boutet

    Pour embêter les gagas du PC fixes gamer j’aimais souvent leur dire : le PC fixe et mort vive les PC portables. Ça fait 10 ans désormais que je m’intéresse à l’actualité des PC portables gamer et les avancées ont connu une très nette amélioration depuis 4 ans. Les raisons sont multiples : sociétales tout d’abord avec un besoin de mobilité informatique qui a explosé. Économique d’autre part en s’attaquant à un marché moins concurrentiel que celui des composants sur des produits à forte valeur ajoutée, générant de meilleures marges. Et enfin technologique avec l’amélioration de la finesse de gravure des CPU/GPU qui permet de faire toujours mieux en consommant toujours moins. Ainsi les contraintes techniques ont été dépassées permettant de réduire voir d’annuler les différences entre fixe et mobile.

    Au début 2007, il y avait seulement trois constructeurs sur le marché français : MSI,
    ASUS et Alienware (Dell). Désormais et preuve de cet engouement, le nombre d’industriels a explosé. Les marques propres telles ASUS, MSI, Alienware, Aorus (Gigabyte), Clevo,EVGA, Razer, Acer, Lenovo et autres, ainsi que les intégrateurs tels que XMG, Eurocom, Matériel. Net, LDLC etc… L’offre c’est particulièrement développée avec des gammes de plus en plus larges et un eventail de prix allant de 800€ et jusqu’à plus de 6000 € pour certains projets fous.

    Aujourd’hui sur ma petite échelle de 10 ans d’expérience je dirai que l’on a atteins l’âge d’or du PC portable comme ce fût le cas pour le PC fixe. Le marché se porte relativement bien il est l’un des seuls à
    progresser. Cependant l’abondance de l’offre augmente la concurrence ce qui esttrès bien pour le consommateur mais un peu moins pour l’industriel.

    Cette offre jadis étroite et devenu tellement large qu’il est difficile de s’y retrouver au moment d’un achat pour un non initié. Bien sûr ce secteur n’est pas épargné par le bullshit marketing qui souvent veut faire passer des vessies pour des lanternes. Avant toute chose il faut bien évaluer ses besoins présents et tenter d’estimer ses besoins futurs. Il est conseillé de bien s’informer sur la prestation du produit en lisant des tests. Ma référence en Europe et Notebookcheck qui propose des tests très complets et très nombreux puisqu’ils couvrent tous les produits et marques du secteur. Pour avoir testé de nombreux produits présents sur leur site je les ai jamais pris en défaut et mes conclusions rejoignaient très souvent
    celles de leurs rédacteurs.

    Enfin pour terminer je voudrais préciser que les machines gamer portables demandent un peu d’entretien. Il faut donc avoir à l’esprit qu’il faudra de temps en temps l’ouvrir et le nettoyer. En charge ces machines brassent beaucoup d’air et donc accumulent la poussière. Par ailleurs, périodiquement, il sera nécessaire de changer la pâte thermique des puces. Dans ce cas lors d’un achat, il faut bien vérifier que l’accès aux composants est facilité tout comme leur entretient. Merci Denis pour cet article.

    • Merci Nicolas pour ces précisions de connaisseurs 😉

  • Bérenger Buchet

    Pour ma part, je suis % conquis par mon nouvel achat : un MSI Apach PRO (GE72) … Pour ce qui est du refroidissement, en iddle, aucun souci, il est silencieux … Pour le jeu, ça chauffe un peu plus et ça souffle plus, comme n’importe quel ordinateur j’aurais envie de dire …

    La seule chose qui m’aurait un peu rebuté si elle était combinée à d’autres est la faible possibilité d’évolution … Alors on me dira qu’on peut changer la ram, le disque dur … Mais après pour commencer à changer le CPU et le GPU, c’est une autre histoire …

    Donc j’ai acheté ce PC en sachant bien qu’il resterait dans cette config ad vitam eternam … et puis voilà, j’en profite 🙂

  • Alscyom

    PC fixe gamer depuis 17 ans et non jamais de portable… , Je les ai en horreur dans le domaine du gaming pour toutes les raisons qu’on connait et qui ne sont pas des caricatures. Même s’il faut bien admettre qu’ils s’améliorent de plus en plus et réduisent l’écart.