fbpx

Street Fighter : 30 ans d’Hadoken

par Denis P., chargé de contenus et passionné des contenants. Feu CM et héraut de la cuisine (ce qui n’a strictement rien à voir), il aime toucher à tout le High-Tech sans en être un technicien. A tout de même une forte propension à perdre son temps dans les photos et jeux vidéo.

Alors que cela fait des dizaines d’années que je n’ai pas réellement repris en main un jeu de baston (en dehors de quelques taules bien senties ici et là), l’annonce de la sortie de Street Fighter 30th Anniversary Collection m’a mis un véritable Shoryuken dans la tête. 30 ans… rares sont les sagas (Sagat ^^) à pouvoir rivaliser, si ce n’est le plombier de Nintendo. Street Fighter est donc pour moi comme pour beaucoup d’autres une légende du jeu vidéo. Elle méritait bien son billet…

Pour dire que l’on est plus tout jeune, on utilise parfois la Bohême, la chanson interprétée notamment par Aznavour : « Je vous parle d’un temps, que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître ». Avec Street Fighter, le calcul est exact. Car si les plus jeunes connaissent les Ryu, Dhalsim et autres Zangief, ils n’ont jamais usé de leurs doigts sur ces satanées bornes d’arcade des années 80.

C’était il y a un peu moins de 30 ans pour moi. En effet, si le tout premier épisode de ce jeu voit le jour en 1987 dans les salles d’arcade japonaises (avec la particularité de n’avoir que 2 combattants jouables et des coups plus ou moins puissants selon la pression que l’on mettait sur les boutons), c’est bien en 1991, comme beaucoup, que je découvrais ce qui allait devenir le père de tous les jeux de baston.

Street Fighter II The World Warrior, loin des Arcanoid et autres Space Invaders, révolutionnait notre rapport au jeu vidéo. Cette fois, on se mettait dessus en 1vs1 avec des mouvements techniques et nerveux qui n’ont rien à envier aux moves survitaminés des jeux d’aujourd’hui (comment ça j’exagère ?). Adepte de Blanka et Dhalsim, je ne sais combien de quart de cercle j’ai pu faire sur ces bornes ni combien de pièces j’ai pu glisser pour tenter de détrôner le champion du jour. À cette époque, le deal était clair : celui qui gagnait restait et se faisait payer le prochain défi par son challenger !

Le premier souvenir qui m’est ainsi remonté lorsque j’ai appris que l’on fêtait les 30 ans de SF c’était Max… 1,95m, des grandes moustaches (impressionnant pour les minots que nous étions), une chemise de cowboy et une maitrise sans faille de quasiment tous les champions. Autant vous dire que le gaillard n’a pas payé beaucoup pour jouer vu qu’il n’y avait qu’une borne dans toute la ville ^^ Si tu nous lis Max., je ne te hais plus (enfin rien qu’un petit peu) !

Le grand vide

Sans le savoir donc, nous avions donc assisté à la naissance de l’un des plus grands phénomènes de l’univers du jeu vidéo.
Et si nous étions loin des ventes d’aujourd’hui, Capcom avait déjà senti le bon filon et chaque année ou presque, une nouvelle version plus ou moins intéressante voyait le jour : Prime, Turbo, Alpha, SF III… Ces itérations bien trop fréquentes m’ont perdu. Le jeu vidéo explosait en parallèle avec de plus en plus de styles différents. Certes, les aficionados suivaient mais je n’en étais plus, lassé des changements, des boules de feu qui ne partent pas et des victoires possibles d’un Noob de première. Ne me dites pas que cela ne vous est jamais arrivé, SF était un jeu qui permettait à votre petite cousine de vous mettre KO en sautant comme un lapin épileptique et en vous infligeant des petits coups de latte façon fourbe avec la seule touche qu’elle avait retenu le Kick Low ! Jeu de…

Mais la baston a du bon (dans le jeu vidéo je précise sinon c’est mal). Pour ma part, ce sont Mortal Kombat (1992 pour le 1er) et Tekken (1994) qui me l’ont rappelé. Pour le premier, je jouais plutôt le rôle du Noob cité ci-dessus tellement les Fatalités étaient pour moi aussi complexes à sortir qu’une citation d’un philosophe allemand du 16e siècle ! Tekken, lui, m’avait en revanche convaincu. Après Virtua Fighter, on ne voyait que par la 3D.

Que croyez-vous que Capcom fit alors ? Il nous pondait avec la société Arika une version en trois dimensions de Ryu et ses copains, Street Fighter Ex… La capture ci-dessous et les nombreuses vidéos sur le Web témoigneront de la médiocrité du titre. La saga s’éloignait de ce qui avait fait son charme, ces combats en 2D mettant aux prises des personnages un tant soit peu charismatiques et avec des skills à la fois simples et complexes.

Ah, puisque l’on parle de loupé, doit-on évoquer Street Fighter… The movie ? Non ? Quand même, Van Damme et Kylie Minogue (oui, oui) au casting, cela promettait. Et la promesse fut tenue avec un étron intersidéral, 30e du top 100 des pires films de l’histoire sur Allociné.

Retour aux sources

Toujours incapables de rivaliser avec les jeux de baston en 3D, Capcom pense remettre SF sur le devant de la scène en 1997 avec Street Fighter III suivi les deux années suivantes de 2nd Impact et 3rd strike, les évolutions de SF III. Chronologiquement, ce sont d’ailleurs les deux derniers titres que proposera la compilation Street Fighter 30th Anniversary Collection.

Et depuis ? Retour à la 3D mais de manière bien plus heureuse avec Street Fighter IV en 2008 puis Street Fighter V en 2016 (entre-temps, l’éditeur n’a pu s’empêcher de sortir des dérivés mais on commence à avoir l’habitude) : Capcom a cette fois su ne pas galvauder sa poule aux œufs d’or en proposant un vrai mélange de 2D et de 3D, de technique et de facilité de prise en main, le tout en introduisant de nouveaux concepts. Tel le phénix, Street Fighter renaissait donc de ses cendres.

Celles que nous proposera Capom en 2018 sont donc un peu plus froides*. Pour autant, certains épisodes de cette compilation introduiront un tout nouveau mode online. Quelqu’un a du dire à Capcom qu’il y avait un petit truc en gestation, l’esport… Street Fighter 30th Anniversary Collection devrait également être bourré de bonus.
Il y aura donc plein de raisons pour raviver de vieux souvenirs et s’en créé de nouveaux. J’ai hâte de pouvoir mettre une mine à mon marmot (gniark) et de lui faire découvrir ce titre désormais intemporel. A moins qu’il ne prenne le relais de ma petite cousine…

*La liste de tous les titres SF de la compilation Street Fighter 30th Anniversary Collection : Street Fighter, Street Fighter 2, Street Fighter 2: Champion Edition, Street Fighter 2: Hyper Fighting, Super Street Fighter 2, Super Street Fighter 2: Turbo, Street Fighter Alpha, Street Fighter Alpha 2, Street Fighter Alpha 3, Street Fighter 3, Street Fighter 3: 2nd Impact et Street Fighter 3: 3rd Strike.