Cédric Bonnet (Geek Inc.) : « Etre 100% High-Tech ne signifie pas être geek ! »

Cedric Bonnet

L’aventure Geek Inc a démarré il y a 8 ans du côté de Bordeaux. Et en presque une décennie, elle a beaucoup évolué sans se dénaturer. Aujourd’hui, elle a peu d’équivalent pour parler de l’univers geek et de high-tech avec passion, raison pour laquelle, entre autres, Materiel.net et Manatori.com en sont partenaires. 8 ans après, le podcast vidéo s’est enrichi, a fait des petits et Cédric Bonnet, son co-fondateur, n’a pas perdu la flamme. Bien au contraire.

Q : Pour ceux qui ne connaitraient pas Geek Inc (Bouuhhhhh, conspue la salle !), peux-tu nous rappeler comment tout a commencé ?

CB : Oh là là, cela fait 8 ans depuis le mois de mai dernier ! Tout a commencé d’un constat et d’un débat avec Julien (co-fondateur de Geek Inc NDLR) sur l’avenir d’un smartphone. Nous nous sommes alors rendus compte qu’il n’y avait pas d’émission qui traitait des sujets Geek et High-Tech. Nous avions envie d’entendre parler à la fois de smartphone et de Star Wars et sans prendre de haut cette culture. Digg Nation aux US nous a inspiré. J’avais une caméra et nous nous sommes dit « ça se tente » ! Et Geek Inc est né d’une manière très personnelle, avec de la passion et pas l’envie d’en faire un métier.

Q : Pourquoi ce nom pour l’émission ?

CB : A l’époque, Best Buy prévoyait de racheter la société dans laquelle je travaillais. Or ils avaient une émission, Geek Squad. En France, ce mot était mal considéré. On m’a même dit qu’il n’avait pas d’avenir. J’ai voulu leur donner tort, comme un pari. Et j’ai rajouté Inc ensuite parce que cela faisait institutionnel, cela faisait sonner comme une entreprise !

Q : Quel regard portes-tu sur la trajectoire de Geek Inc, des 1ères émissions aux récompenses de meilleur podcast sur iTunes et la déclinaison des différentes émissions ?

CB : Cela reste toujours très personnel même si cela ne se voit pas. Et c’est un succès qui nous a surpris. Déjà quand 100 personnes nous ont regardé, nous nous sommes dits « Wow ». Puis il y a eu les commentaires sur iTunes où l’on peut télécharger l’émission. Et un jour, le DSI de mon employeur, qui avait mis un serveur à notre disposition, m’a dit que le trafic y était trop important ! Nous ne nous rendions pas compte car iTunes ne donnait pas de statistiques et le nombre de vues sur YouTube et autres étaient faibles, l’émission étant trop longue pour ces plateformes. Puis Apple a lancé les récompenses pour les podcasts et nous avons été distingués (plusieurs fois comme comme meilleur podcast vidéo NDLR). Un sponsor nous a alors contacté et quand on m’a dit qu’il y avait 100 000 vues sur iTunes… Mais nous n’étions pas structurés, raison pour laquelle avec d’autres nous avons lancé la chaine NoWatch. Cela a duré 2 ans et à l’arrêt, il nous était impossible de s’auto-financer. Nous avons monté un crowdfounding pour financer les serveurs. Nous cherchions 3 500€, nous en avons récolté 13 000 (pour 404 donateurs, un signe ^^) !

Q : Aujourd’hui vous en êtes où ? Le succès est toujours là ?

CB : Je ne sais pas, notre objectif n’est pas d’être connus ou de faire des millions de vues. Le but c’est de s’amuser sans perdre de l’argent. Geek Inc est une association Loi 1901 et c’est le financement participatif récurrent sur patreon qui paie nos frais. Nous pouvons tourner plus et plus facilement.

Cedric Bonnet

Tout le monde est lààààà ? ça tourne !

De plus, nous sommes passés d’un modèle sur téléchargement au direct sur Twitch. Nous adorons réagir, discuter en live, c’est nouveau et cela nous amène un nouveau public aussi. Tout cela fait une audience plus fidèle et plus engagée. Nous y tenons, c’est une force, une différence. Cela donne un programme pour et par le Web, sans formule marketing ! Internet offre plus de libertés qu’à la TV que nous avons aussi essayée.

Q : Combien d’heures font tes journées ? Parce qu’entre toutes les émissions, ton boulot, ta vie privée…

CB : J’ai de la potion magique (rires) ! Non, en fait je suis un vrai passionné. Je fais 4 ou 5 veilles par jour et lis des milliers d’articles. Dès que je vois quelque chose de bien, je mets de côté pour le travailler le vendredi. Nous ne faisons pas de réunion éditoriale, mais nous préparons tous les sujets, même ceux qui, au final, ne passeront pas. Par exemple, ma compagne Sophie, qui est dans l’émission prends des notes tout le temps quand nous regardons une série. C’est assez étrange d’ailleurs ! Mais du coup, ses interventions sont prêtes en amont. Le live ne pardonne pas et, souvent, au moment de l’émission, tout est déjà prêt. Et pour moi, je dois aussi bosser les sujets des autres car je suis présent dans la plupart des émissions (Geek In, Geek Bits, Good Morning Zombies, Café séries).

Q : Sinon, tu es sponsorisé par Tesla ?

CB : Non ! J’ai toujours rêvé d’avoir une voiture électrique. Et la seule qui réponde à mes besoins, c’est la Tesla. Elle est pratique de par son autonomie et c’est un critère fondamental pour moi. Donc je parle d’eux car la société m’impressionne. Et son PDG Elon Musk également car c’est un sorcier. Il fait ce qu’il dit !

Cedric Bonnet

Cédric, avant son récent voyage au XVe siècle !

Q : Doit-on être High-Tech pour être Geek ? 

CB : Non. Un geek, ce n’est ni un développeur, ni un barbu ou autre cliché. Et inversement, être 100% High-Tech ne signifie pas être geek. Pour moi, l’essence c’est la rêverie, l’imagination sur ces sujets. Et aussi une pointe de nostalgie d’enfance que l’on essaie de reproduire.

Q : Quel regard portes-tu sur la culture dite geek aujourd’hui ? Le mot est utilisé à toutes les sauces et pourtant les programmes vidéo restent rares, non ?

CB : Le mot est galvaudé, surtout en France. C’est un mot valise. Petit, quand on signifiait sa culture geek, on nous regardait bizarrement. Notre constat c’est qu’il faut assumer. D’où la base line « On partage notre culture geek ». Nous ne sommes pas dans l’agressivité et nous encourageons au coming out !! Depuis, les films de super-héros de bonne facture ont changé la donne par rapport à cette époque. Certains le regrettent mais c’est bien, c’est une revanche. Des gens découvrent des choses que l’on connaît depuis longtemps mais il ne faut pas les exclure. Accueillons-les. Les étiquettes, c’est très français mais on s’en fout. Du coup, utiliser le mot geek à toutes les sauces ne me gêne pas. Cela veut dire qu’on a gagné. Si demain 100% des gens étaient geeks, ce serait trop cool. Nous serions en convention toute l’année ^^ Face à la culture du vide de la TV, laissons les passions s’exprimer !

Q : Des projets futurs ? Pour Geek Inc ou en dehors de Geek Inc ?

CB : J’ai un projet très concret avec… Korben ! Mais chut, c’est à suivre !

Avec Geek Inc, la matinale « Good Morning Zombies » va jusqu’à septembre. Geek Talk a aussi pour objectif de se pérenniser. On verra alors mais l’objectif serait de diffuser nos programmes de 9h à minuit. Et nous avons plein d’idées, des émissions de cuisine, de développement… Mais les moyens et le temps nous manquent. Nous sommes réalistes d’autant que nous ne recherchons pas l’audience ce qui rend plus difficile la recherche de partenaires. Mais le rêve ultime serait d’avoir une chaine en diffusion H24 !

Q : Nous serions ravis d’être là ! D’ailleurs, cette collaboration avec Materiel.net et Manatori, peux-tu nous en dire plus ?

CB : Alors déjà je tiens à dire qu’elle a été bien accueillie par notre communauté. Quand on a commencé à chercher un partenaire, la question était la légitimité de celui-ci. Or, Materiel.net avait déjà été à nos côtés. Nous avons des créneaux similaires et encore plus avec le lancement de Manatori. Nous sommes contents d’avoir un sponsor comme vous car nous savions qu’en tant que distributeur, cela nous laisserait de la liberté de ton. Et puis nous étions clients avant donc nous vous connaissions bien !

Q : On te sait passionné par la domotique. Pourquoi ?

CB : La domotique pour moi c’est 3 axes : la sécurité, le confort et les économies. C’est ce dernier point qui m’intéresse le plus même si le confort c’est aussi un plus. J’aime les gadgets et j’ai rêvé devant des films de SF en me disant « un jour ma maison sera pareil ». Et quand j’ai vu mes factures énergétiques élevées, la solution a été de « domotiser ». C’est important pour l’environnement et toujours pratique de savoir que tous les appareils se coupent lorsque la maison est vide.

800px-N95_Front-slide-open

Nokia N95 (copyright Asim18)

Q : Mais quel(s) objet(s) High-Tech te laisse(nt) le(s) plus grand(s) souvenir(s) ?

CB : L’avènement du smartphone. L’iPhone a beaucoup changé la donne mais même avant, comme avec le N95 et autres, on sentait que cela allait bouleverser les usages. Le smartphone a rendu beaucoup de choses possibles, il a changé l’informatique, Internet, le High-Tech…

  • Sheeloo

    Bravo pour la qualité des réponses de sieur Cédric, GG 🙂

  • elmacho

    Bel article !

  • gvaudan

    ouais apparemment faut aussi être barbu.