fbpx

Xiaomi, ça se prononce « cha-o-mi »

Par Alaric R., chef produit chez Materiel.net. Joue sur PC, exclusivement à d’obscurs titres indés afin que personne ne remarque l’étendue de son incompétence.

Mardi 22 mai au Grand Hôtel Intercontinental de Paris, Xiaomi a officialisé en grande pompe son arrivée en France. Afin de ne pas trop brusquer la reprise après un week-end prolongé, nous avons donc décidé d’aller jouer les pique-assiettes à Paris avant de retourner à nos bureaux nantais. Et accessoirement de vous ramener quelques infos sur le géant chinois en devenir.

Un chinois à Paris

Xiaomi, la marque chinoise de smartphones a mis les petits plats dans les grands pour cette inauguration du lancement de la marque en France. La keynote de lancement s’est tenue dans un grand hôtel parisien, situé à deux pas de l’Opéra Garnier. Dès l’entrée, on sent que le lieu a été choisi avec grand soin pour impressionner : portier, sol en marbre et colonnes sculptées se tiraient la bourre pour savoir lequel aurait le plus de classe.

Une fois passée la collation de coutume – cafés et mini pâtisseries, pas champagne et caviar, on n’est pas chez Rothschild non plus – la conférence démarre à 14h tapantes. Visiblement, on ne mégotte pas avec la ponctualité chez Xiaomi, et le quart d’heure de retard tricolore peut bien aller se faire pendre ailleurs. Et tant pis pour les traditions locales.

Poussée de croissance

La présentation commence par un bref historique de la marque, histoire d’introduire la marque aux non-initiés.
Créée en 2008 par un entrepreneur chinois, jusqu’alors spécialisé dans « l’élevage au grain de startups », la petite entreprise ne connait pas la crise. La marque met en effet moins de 2 ans à atteindre le milliard de dollars de chiffre d’affaire. Loin d’être un simple feu de paille, ce démarrage en trombe n’a toujours pas fini de faire tourner les têtes, et la barre des 15 milliards était allègrement franchie en 2017.

Vient alors l’indispensable concours de chiffres : Wang Xiang, un des vice-présidents de la marque, fait entrer Google et Apple dans l’équation. Le premier aura mis 9 ans à atteindre ce chiffre, et le second 20 ans ! Relativisons toutefois en précisant que ces chiffres ne semblent pas prendre en compte l’inflation, et qu’un dollar en 1976 n’avait pas tout à fait la même valeur qu’aujourd’hui. Si relative qu’elle soit, cette comparaison au moins le mérite de nous renseigner sur un point : Xiaomi n’est pas là pour faire des câlins à la concurrence, et compte bien se hisser au niveau des plus gros acteurs du marché en un temps record.

Toujours est-il que les chiffres donnent le tournis, et qu’après une croissance insolente de 67,5% en 2017, la marque se paie le luxe d’afficher un premier trimestre 2018 en progression de 87,9%. Loin d’être anodin, ce bond lui permet de se positionner comme le quatrième constructeur mondial de smartphones, juste derrière le trio de tête Apple, Samsung, Huawei, qui doivent commencer à ne plus se sentir si indétrônables que ça…

« Il y a une application solution pour ça »

À juste titre d’ailleurs. Le nouveau venu n’est pas venu à Paris les mains dans les poches pour visiter la Tour Eiffel ou mitrailler l’Arc de triomphe. Pour célébrer l’ouverture officielle de son premier magasin à Paris, au 39 Boulevard de Sébastopol, Xiaomi a présenté 2 nouveaux produits imprégnés du slogan maison : « Genesis does what Nintendon’t » « Des produits incroyables au juste prix pour améliorer la vie des gens ».

S’il reste encore à prouver que l’autocuiseur connecté et la box TV Android représentent pour l’homme un progrès aussi déterminant que l’invention du porte cigarette avec parapluie intégré pour la mouche du vinaigre, Xiaomi peut effectivement se targuer de proposer des produits au rapport qualité prix difficilement attaquable.

Mi MIX 2S : l’iPhone X en ligne de mire

Xiaomi défouraille donc à tout va sur la concurrence.

Ainsi le Mi MIX 2S a-t-il été présenté sans retenu comme un concurrent direct au smartphone phare d’Apple, au moins aussi performant et vendu plus de deux fois moins cher. Il faut dire que la bête a de quoi séduire les foules : équipé du dernier processeur de Qualcomm, le Snapdragon 845, le jouet embarque également 6 Go de RAM et 64 Go de mémoire interne pour la version proposée à 499,90€. Que les gourmands se rassurent, les 128 Go sont également de la partie pour la modique somme de 599,90€.

Ce smartphone haut de gamme présente un écran de 5,99 pouces sans aucune encoche. Ce tour de passe-passe est rendu possible par la présence d’une fine bande de matière positionnée sous l’écran, qui abrite le capteur photo frontal. Avantage : cette configuration séduira sans doute les détracteurs de ce nouveau design désormais copié sans vergogne par tous les constructeurs mondiaux. Inconvénient : à moins de vouer un culte immodéré pour votre torse et votre menton, vous devrez sans doute retourner votre smartphone à chaque envie irrépressible de selfie.

Au dos, on retrouve un double capteur de 12 + 12 mégapixels, dopé à l’intelligence artificielle. Les objectifs grand angle et téléobjectifs sont ainsi capable de reconnaitre 200 scènes différentes pour améliorer vos photos au débotté. Portrait, nourriture, plante grasse… on se demande même si l’appareil ne cache pas quelques réglages en stock capable d’améliorer mémé pendant sa sieste en contre-jour.

Et pour avoir essayé le jouet à la sortie de cette présentation, il faut bien avouer que les clichés sont très réussis. Le bruit est peu présent, les zooms sont propres, et le rendu type bokeh, pour ne citer que lui, bluffant de précision. Il est ainsi possible d’isoler une personne dans une foule compact et de flouter aussi bien l’avant plan que l’arrière avec une facilité déconcertante, votre sujet se retrouvant ainsi projeté sur le devant de la scène en deux temps trois mouvements.

Si d’autres proposeront sans doute des smartphones plus puissants ou plus spécialisés, il faut bien admettre que le design, les performances et la qualité des photos de ce Xiaomi Mi MIX 2S en font d’office un incontournable pour son prix. Ne vous y trompez pas, il s’agit là d’un véritable produit haut de gamme rivalisant sans problème avec des concurrents bien plus chers que lui.

Redmi Note 5 : Samsung également dans le viseur

Histoire de ne pas faire de jaloux, après une heure passer à allumer la firme de Steve Jobs, le présentateur commence à distribuer les mandales à Samsung avec son Redmi Note 5. Pour la faire courte, la version embarquant 4 Go de RAM et 64 Go de mémoire vient concurrencer le Samsung Galaxy A8. A moitié prix.

A ce prix, vous ferez l’impasse sur l’écran AMOLED, la certification IP68 ou le port USB-C… En revanche, la configuration est là aussi solide, avec un processeur Qualcomm Snapdragon 636 fraichement sortie des usines du fondeur, et un double capteur photo principal faisant également son travail avec diligence. Là encore, les clichés sont nets, et les effets du mode portrait fort réussis. Et si 3 Go de RAM et 32 Go de stockage vous suffisent, il ne vous en coûtera que 199€.

X(iaomi)-Men : Le Commencement

Bref, Xiaomi tape fort sur toutes les gammes, espérant conquérir rapidement les cœurs et les portefeuilles de millions de français. Ses ambitions ne s’arrêtent d’ailleurs pas au seul petit monde de la téléphonie : cette conférence était également l’occasion de présenter une trottinette électrique aux performances enthousiasmantes et vendu à vil prix (349€), ou une gamme de jouets connectés s’inspirant fortement de la gamme « Technic » d’un certain fabricant de jouets danois.

Nul doute que de nouvelles surprises suivront bientôt, tant côté smartphone que dans des domaines plus inattendus. La stratégie de Xiaomi est simple : envahir toutes les pièces de votre maison, de la chambre à la cuisine en passant par votre salon et le placard. Pour ce faire, la recette officielle consiste à proposer des produits élégants et suréquipés à des prix massacrés : la marque s’est engagée à ne jamais réaliser plus de 5% de marge nette globale.

Rappelons à toute fin utile que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent, bien évidemment. Une chose est sûre toutefois, ce lancement n’avait rien d’anodin, et il y a fort à parier que nous avons assisté ce mardi à l’arrivée en France d’un géant qui pourrait bien faire de l’ombre à ses petits camarades dans un avenir absurdement proche.

 

Voir tous nos produits Xiaomi