Le retour des jeux de gestion

Les jeux de gestion et stratégie ne font plus rêver. Est-ce le genre qui a perdu de son éclat ou le public qui lui tourne le dos ? Nous apportons quelques éléments de réponse que l’on vous invite à étayer dans les commentaires puis nous regardons vers l’avenir et – attention spoiler- il ne s’annonce pas si mal.

Il n’aura échappé à personne que les jeux sont responsables de tous les maux et toutes les dérives sociales. Avant qu’ils ne nous conduisent à notre extinction, le péril pixel pouvait être vu sous deux prismes : les amusements pour ado attardés, répandus sur toutes les machines, et les œuvres de gestion pour adultes sérieux et fins stratèges, généralement sur PC et Mac.

Plus sérieusement, Civilization, Age of Empires et autres licences à succès avaient trouvé leur public sur un marché où, dans des genres différents, la dramaturgie transpirait rarement la maturité et les graphismes pouvaient se contenter d’un IGP. Au fil du temps, alors que la gestion restait figée dans ses poncifs ou se segmentait, les titres d’action-aventure et autres FPS gagnaient en richesse d’écriture et en qualité graphique. Puis, les longues séances multijoueurs se sont davantage concentrées sur les sensations immédiates plutôt que le développement incertain d’une stratégie militaire ou géopolitique. Enfin, la richesse et la diversité de l’offre actuelle (les excellents jeux de cartes, de survie, les bacs à sable…), ont fait que les genres gestion et stratégie ont perdu de leurs audiences. Ils n’ont pas disparu pour autant.

Prison architect ou Stardew Valley ont leur place dans la catégorie gestion. Le genre s’est largement segmenté.

Du neuf avec du vieux

Age of Empires reste une licence qui n’a rien perdu de son prestige. Aussi l’annonce d’un épisode IV fait notre bonheur. À l’époque, il fut une sorte de synthèse entre Command & Conquer et Civilization. Il lui faudra davantage d’arguments pour nous convaincre, mais notre souris en frétille d’avance. Il faudra jsute penser un jour à lancer l’Alpha hein…

Civilization, justement, se moque du temps qui passe et reste la valeur sure du 4X (eXploration, eXpansion, eXploitation, eXtermination). L’extension Rise and Fall sortie cette année garantit de nombreuses heures de jeu avant de voir arriver le septième épisode. Les fans de Theme Hospital se précipiteront sur Two Point hospital attendu au troisième trimestre. Il s’agit davantage d’un lifting en surface que d’une opération à Core ouvert, mais la nostalgie fera son office. Nous exercerons enfin nos talents de dictateur sur l’incontournable Tropico 6. Prévu pour 2018, mais sans date précise, il nous propose d’incarner à nouveau El Presidente et de découvrir de nouvelles mécaniques, notamment le vol de monuments historiques.

Le manque de jeu comparable à Two Point Hospital fait qu’il se permet un quasi copié-collé sans que ça ne choque personne.

Un gameplay renouvelé

Quelques licences fortes nous glisseront donc dans nos petits chaussons, mais il est bon de faire couler du sang neuf, et certains font de gros efforts dans ce domaine.

Nous pensons notamment à Frostpunk, chroniqué dans nos pages, qui jetait un froid glacial sur les décisions à prendre pour sauver une population. Northguard a lui aussi surpris son monde avec sa gestion poussée au cœur d’un 4X alors que Surviving Mars se voulait un défi encore plus corsé pour les adeptes du genre. They are billions, actuellement en early access, ajoute à la gestion de ville une horde de zombies, ce qui le rend définitivement plus délire qu’un Cities : Skylines. Dans le genre excentrique, nous retiendrons aussi Machiavillain, qui n’est pas sans rappeler le cynisme d’un Dungeon Keeper.

Le fond et la forme

L’esthétique reste une valeur sure et des jeux cités précédemment entrent volontiers dans cette catégorie, mais certains en font leur marque de fabrique. On pense notamment au Jurassic World Evolution sorti cet été qui, s’il montrait quelques faiblesses ou incohérences, nous offre le spectacle de magnifiques dinos à regarder sous toutes les coutures et un parc joliment mis en scène. Nous ajoutons à cette catégorie Dead In Vinland et son modèle The Banner Saga qui en plus de renouveler les mécaniques ont ajouté une direction artistique soignée. Enfin, citons le superbe Anno 1800 qui, certes, aurait eu sa place dans notre section « Du neuf avec du vieux », mais nous a tellement flatté la rétine lors de sa présentation à l’E3 qu’il attirera les gourmands de beaux pixels.

Industries of Titan, Foundation et d’autres titres sont moins attendus du grand public, mais feront le plaisir des amateurs de gestion

Il va y avoir de l’eSport…

…mais moi je reste tranquille, dirait Silmaris. Du grand spectacle viendra aussi le salut puisque des jeux de gestion se tournent vers l’Esport, comme le célèbre Football Manager. Dans ce registre, nous aurions pu espérer des nouveaux épisodes de Warcraft ou Starcraft, mais Blizzard semble amnésique sur le premier et exploite encore le potentiel du second, sorti il y a 8 ans, avec du contenu additionnel. Preuve, s’il en fallait, que la gestion n’est plus aussi lucrative qu’autrefois, mais reste bien présente : protéiforme, innovante, passionnante.

  • Mathieu

    Et il est où Banished, il est où ? 😀

    • Excellente remarque…Il ferait partie de la 2e famille je pense, non ? (avec la non-évolution qui est un gros changement de gameplay)