Test et Config PC Forza Horizon 5 : Grand tourisme beau !

Alors que les fans de PlayStation rongent leur frein en attendant Gran Turismo 7, Microsoft dévoile le moteur bien huilé de Forza Horizon 5 (sortie officielle mardi 9 novembre 2021). On savait que Playground Games allait livrer une démo technologique pour la nouvelle génération de Xbox, mais on n’imaginait pas y trouver une telle dose de fun !

Après un épisode se déroulant dans une Angleterre gaie comme une feuille d’imposition, Forza Horizon nous propulse dans un condensé de Mexique exposé lors d’une scène d’introduction ébouriffante. Vous y prenez le contrôle de bolides débarqués depuis un avion, comme pour signifier que le jeu regorge de fun, et parcourez des déserts arides, des forêts verdoyantes, des montagnes enneigées, avant de reprendre votre souffle et entamer le mode histoire.

Les premières courses sont gratifiantes. Tout de suite nous sommes au volant d’énormes bolides dont les sensations de conduite s’affinent dès les premières heures de jeu. Puis les défis s’accumulent dans différents modes allant de la course simple, au record de vitesse en passant par un battle royale ou des balades pour exploser des panneaux, trouver des trésors, jouer les touristes… Cette quantité de choses à faire pourrait donner le vertige, mais tout s’enchaine intuitivement, au gré de nos envies.

Plus de 500 voitures, toutes modifiables, dans des décors à s’en décrocher la mâchoire. Une vitrine technologique pour Microsoft et un argument de poids pour son Xbox Gamepass (En ce moment, profitez d’1 mois offert par AMD pour l’achat d’une carte graphique Radeon™ ou d’un processeur Ryzen™).  

Derrière ce caractère grand public se cache un jeu susceptible de plaire aux puristes grâce aux courses multijoueurs au long cours, aux aides à la conduite à débrayer, et à un nombre de bolides dépassant les 500, tous aussi bien modélisés les uns que les autres et prêts à recevoir des ajustements techniques et esthétiques.

Côté sensations de conduites, le volant est sans doute la façon la plus immersive de profiter des parcours, mais nous avons privilégié la manette, le support utilisé par la grande majorité des joueurs. Là encore nous sommes sur un sans-faute. L’accélération et le freinage envoient des impulsions aux deux gâchettes afin d’en optimiser le dosage. Ceux qui auront tendance à démarrer en mode On/Off (gâchettes totalement enfoncées ou non), vont vite comprendre que les quelques secondes manquantes pour décrocher les 3 étoiles sur les courses millimétrées tiennent sur le parfait dosage de ces gâchettes.

Le seul point que nous pourrions lui « reprocher » est sa façon de trop flatter notre petit égo de pilote à distribuer des récompenses à tour de bras. Le jeu vous félicite presque d’être arrivé à passer la première. Hormis ce petit côté tombola permanente, Forza 5 est une merveille pour tous ses modes en solo comme en multi, son niveau d’exigence adapté à chaque typologie de joueur, et son contenu gargantuesque que vous pouvez « binger » ou déguster tranquillement jusqu’à l’arrivée du Forza Horizon 6. On se demande d’ailleurs comment Playground pourrait encore améliorer la formule. Peut-être un épisode en France ?

La configuration minimale pour Forza Horizon 5

Forza met une claque dès son introduction au point de nous faire douter des images défilant à notre écran ; est-ce de la vidéo ou le moteur de jeu ? Après un benchmark automatique de notre machine afin d’équilibrer au mieux qualité et nombre d’images par seconde, nous nous lançons dans une première course. Le résultat est stupéfiant. Pour mettre le jeu en défaut nous avons fait une petite expérience que nous dévoilons dans la dernière partie de notre texte, pour l’instant, concentrons-nous sur la configuration minimale.

Playground conseille un Core i5 de quatrième génération, 8 Go de RAM et une GTX 970 ou RX 470. Nous pensons en effet que le jeu doit alors être fluide et agréable à regarder en 1080p. Pour jouer à Horizon sans dépenser une fortune nous pouvons donc vous conseiller notre Beast qui avec son Ryzen 5, une GTX 1660 super, et 16 Go de RAM suffira à bloquer le framerate à 70, même en 2K.   

Quel plaisir de voir un jeu aussi bien optimisé après sa sortie, le test benchmark qu’il propose tire le meilleur de votre machine en modifiant lui-même les filtres. Le résultat est impressionnant, même sur une machine gamer un peu ancienne.

La configuration pour mettre un tigre dans le moteur

La puissance recommandée est en revanche assez chiche, Playground souhaitant sûrement souligner que leur moteur est une merveille même sur une configuration moyenne. Intel i5 ou Ryzen 5, 16 Go de RAM, et une GTX 1070 ou RX 590. Alors certes le jeu sera fluide et superbe grâce au test benchmark réalisé par ses soins, mais il va falloir une machine bien plus gourmande pour régler sur « toutadonf’ » !

Aussi nous conseillons le Hornet dont le Core i5 12600K, la RTX 3070 et les 16 Go de RAM bloqueront la 2K à 144 images par seconde avec des effets de lumière, de reflets et de particules à vous en exploser la rétine.

Bring Me That Horizon

Cette titraille parle aux fans de metal (le groupe fait d’ailleurs partie de la playlist) et de Pirates des Caraïbes, mais c’est aussi l’occasion de revenir sur quelques qualités artistiques du jeu. D’abord la partie graphique. Horizon est si beau que pour le prendre en défaut nous avons ressorti une vieille carte du placard, à savoir une GTX 980ti. Le 2K restait encore constamment en 70 fps avec, certes, du clipping sur une végétation rendue un peu moins dense et moins de reflets et d’effets de particules, mais un résultat encore surprenant pour un GPU d’un millésime 2015.

Horizon est un jeu totalement optimisé à sa sortie et c’est assez rare pour être souligné. Un point qui fait aussi beaucoup réfléchir sur certains jeux moins beaux et qui tourneraient difficilement sur une carte si « ancienne ».

Les jeux de lumière amenés par les conditions météorologiques, le cycle jour/nuit ou même des incidents climatiques tels que des tempêtes de sable sont un régal pour les yeux et ajoutent un challenge à la conduite.    

La musique est elle aussi de très bonne facture, avec des morceaux couvrant plusieurs genres, renforçant largement les sensations de conduites. Voici un lien pour découvrir une partie de la playlist plutôt orientée rock et heavy. On vous conseille donc un casque comme le Steelseries Arctis 7+ pour en profiter pleinement.

Si votre espace de jeu le permet, n’hésitez pas à vous équiper d’un volant tel que le Thrustmaster TMX, sinon assurez-vous d’avoir une manette de qualité avec de bonnes sensations du côté des gâchettes comme la Xbox Series X.

Horizon 5 a tout d’une voiture familiale un peu nerveuse si on veut juste s’amuser, mais ça devient un bolide à piloter avec un excellent matériel lorsqu’on veut en tirer la substantifique moelle. Gran Turismo a décidément du souci à se faire.

Voir les PC gamer Materiel.net